• Hôpital du Rouvray : une nouvelle dimension dans la lutte

    Hôpital du Rouvray : une nouvelle dimension dans la lutteRappel : Le personnel de l'hôpital psychiatrique du Rouvray, à Sotteville-les-Rouen, est en grève depuis le 22 mars. Et 7 membres du personnel sont en grève de la faim, les premiers depuis le 22 mai. C'est à dire qu'ils et elle en sont au 11ème jour. Un cap très difficile, et dangereux pour leur santé.

    Hier, l'ARS a "commis" une ânerie aussi grosse qu'elle, qui a mis le feu aux poudres. La lutte a donc pris un tournant avec l'occupation de l'administration par le personnel.

    Il faut dire qu'en terme de provocation, l'ARS ne fait pas dans la dentelle. Qu'on en juge :

    Elle lance une mission d'appui "flash" (le mot flash étant destiné à faire croire que ça va aller très vite). Cette mission « aura pour objectifs, à partir des données disponibles et travaux préalablement engagés au sein de l’établissement, d’analyser et de quantifier de manière précise les besoins humains et immobiliers nécessaires pour garantir la délivrance de soins de qualité, dans des conditions de sécurité optimales, sur la base de critères objectifs prenant en compte notamment les besoins de soins et la pertinence des hospitalisations ». Vous avez compris quelque chose ? Pas moi. La langue de bois habituelle. Il me semblait pourtant que l'analyse et la quantification avait déjà été faite, de manière précise par le personnel, et que c'est justement pour ça qu'ils sont en grève ! Passons...

    Cette mission débutera le 6 juin et rendra son rapport dans un délai maximum de 3 semaines, soit fin juin. Ça, c'est du flash, ou je ne m'y connais pas ! La vitesse de la lumière aurait-elle soudain considérablement ralenti, sans que l'on ait été mis au courant ?

    l'ARS poursuit : Cette mission vient s'ajouter aux "engagements" pris le 18 avril 2018 à la suite de l'audience de l'intersyndicale et du comité de grève. Ces engagements sont :

    «- un soutien financier pour organiser la prise en charge des détenus relevant d’une hospitalisation ; »

    Rappelons tout de même que la prise en charge des détenus relevant d'une hospitalisation psychiatrique nécessite bien plus qu'un soutien financier ! Elle nécessite la création d'unités spécialisées, telle l'UHSA de Lille-Seclin mais qui ne propose que 60 lits pour le nord et le nord-ouest de la France. A défaut, lorsqu'on essaye d'intégrer les détenus dans des unités "normales", on risque ce qui s'est passé à Pierre Janet, au Havre, dont j'ai parlé dans un précédent article, et que je remets ci-dessous, pour mémoire :

    "Cette absence d'unité dédiée s'est finalement avérée impraticable. Les autorités ont dû ouvrir une unité d'hospitalisation "normale" (l'actuelle unité Féroé de Janet, qui est de fait une annexe des urgences psychiatriques), sans les moyens accordés aux unités dédiées, sans personnel formé à cet effet. Les risques sont tels, tant pour le personnel que pour une grande partie des patients qui y sont hospitalisés, qu'aujourd'hui c'est le personnel qui demande la fermeture de cette structure ! On se rappelle qu'en mars 2015, un détenu qui voulait s'enfuir avait agressé une aide soignante avec une lame de rasoir."

    Deuxième engagement "fort" de l'ARS :

    « - la poursuite des mesures incitatives destinées à favoriser le recrutement de psychiatres (augmentation du nombre d’internes notamment) ; »

    C'est sans doute la phrase que Madame BUZYN, ministre de la santé, a lue lorsqu'elle a répondu à CNews mardi soir. Car pour elle, le problème des effectifs à l'hôpital du Rouvray est réel, mais il faut faire face à de grosses difficultés dans le recrutement de ... psychiatres. Rappelons lui, accessoirement, que les personnels du Rouvray en grève réclament 52 postes... d'aides-soignant-e-s et de personnel paramédical ! Qui ne comprend pas le français dans cette histoire ?

    « - un accompagnement de l’établissement pour améliorer les conditions d’hospitalisation à temps complet des adolescents dans l’attente de la conclusion des travaux engagés dans le cadre du Projet régional de santé. »

    Alors là c'est le pompon ! Rappelons également qu'une des revendications des grévistes, c'est la création d'une unité spécialisée pour les adolescent-e-s, d'une unité séparée, et non d'un "accompagnement" pour améliorer ce qui se fait aujourd'hui. Faudra t-il être plus explicite sur ce qu'implique en terme de sécurité des personnes, le fait que des ados soient hospitalisé-e-s avec des adultes qui sont, rappelons-le, psychiquement malades ? Je ne m'y aventurerai pas ici, sans l'accord des personnels. Comprenne qui pourra. Vous comprenez Madame BUZYN ?

    Alors quand allez vous enfin bouger ? Comprenez vous que ce communiqué de l'ARS ait été ressenti comme une provocation ? Comprenez-vous qu'au 11ème jour de grève de la faim, certain-e-s grévistes commencent à mettre sérieusement leur santé en danger, dans le seul but qu'on leur donne un jour de quoi faire leur travail correctement sans avoir à en rougir ?

    Heureusement pour eux, le soutien, tant intérieur qu'extérieur, est toujours actif et puissant. Hier, c'est Caroline FIAT, députée Ensemble !/France Insoumise, qui est venue apporter son soutien, et qui dans la foulée a écrit une lettre à Mme BUZYN.

    Hôpital du Rouvray : une nouvelle dimension dans la lutte

    Le personnel a également besoin de soutien aujourd'hui, pendant et après son assemblée générale de 14h. Demain, samedi 2 juin,  ils organisent une "marée populaire", à 14h également, dans l'enceinte de l'hôpital et appellent toutes les bonnes volontés, tous ceux et toutes celles qui veulent un service public de santé, pour tous et de qualité, à les rejoindre. Cette demande est importante pour eux et elles.

    Tous et toutes au Rouvray(1) demain samedi ! Cette lutte est emblématique, ce n'est pas une lutte sectorielle et isolée, elle met en lumière les carences du système de santé, ainsi que l'incapacité et surtout l'absence de volonté de nos "gouvernants" d'y répondre.

    Philippe POUTOU vient d'annoncer sa venue pour samedi, 14h

    "De l'argent pour soigner, pas pour crever !"

    Saluons également parmi tous les soutiens, celui de lycéen-ne-s de la vallée du Cailly :

    Hôpital du Rouvray : une nouvelle dimension dans la lutte

    lien vers le blog médiapart "solidarité Rouvray"

    (1) 4 rue Paul Eluard, Sotteville-les-rouen, 76300

    « Paradis fiscal, enfer à l'Hôpital ! Hôpital du Rouvray : les grévistes en danger ! »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :