• L'immigration est-elle soluble dans l'humanisme ?

    Ces derniers jours, des propos ou des tweets de dirigeants de la France Insoumise sur l’immigration, suite à l’annonce de la création en Allemagne du mouvement « Aufstehen », de Sarah Wagenknecht, ont ouvert une polémique dans les rangs de la gauche.

    Ce fut d’L'immigration est-elle soluble dans l'humanisme ?abord Djordje Kusmanovic, l’un des porte-parole de France Insoumise, qui mit les pieds dans le plat en déclarant : « Le discours que tient Sarah Wagenknecht sur la question migratoire me semble donc être de salubrité publique » 

    Et en explicitant ensuite sa pensée : « Sur la question migratoire, en particulier, la bonne conscience de gauche empêche de réfléchir concrètement à la façon de ralentir, voire d’assécher les flux migratoires, qui risquent de s’accentuer encore du fait des catastrophes climatiques. Plutôt que de répéter, naïvement, qu’il faut accueillir tout le monde, il s’agit d’aller à l’encontre des politiques ultralibérales, ce que la social-démocratie a renoncé à faire. »

    Puis nous avons le droit à François Ruffin sur France Info, qui nous avait habitué à beaucoup mieux. Il était manifestement très embêté de devoir défendre quelque chose, que, j’espère, il ne partage pas. Sa conclusion est éloquente en ce sens : « Maintenant, voilà, faut pas que…voilà ».

    Last but not least : le tweet d’Adrien Quatennens ! « certains font semblant de découvrir aujourd’hui que, tout en tenant un discours humaniste, nous n’avons jamais été partisans de la liberté d’installation. Tout est prétexte à polémique alors que ces sujets sont sérieux ».

    Ben oui mon grand ! Ces questions-là sont sérieuses et être sérieux ne veut pas dire qu'il faut rester dans la bien-pensance petite-bourgeoise : Surtout ne faire peur à personne ! Quant à la polémique, qui l’a lancée ?

    Alors soyons sérieux :

    Tout d’abord, il faut constater, et d’autres l’ont fait avant moi, que le programme de la France Insoumise, et en particulier le livret thématique sur l’immigration(1), est très correct sur le sujet. Même s’il ne fait pas référence explicitement à la « liberté d’installation », il contient des propositions dignes d’un bon programme de transition. La liberté de circulation y est inscrite en toutes lettres. Alors il ne faut pas accuser le programme, ni la France Insoumise en tant que telle, mais plutôt certains de ses dirigeants qui, manifestement, manquent cruellement de culture politique (c’est quand tu veux, Adrien). Il ne suffit pas de savoir faire des phrases, il faut aussi avoir du « background », comme on dit.

    Les questions qui se posent alors sont :

    - Quel est le poids de ceux et celles qui pensent la même chose que Kusmanovic et Quatennens dans FI et qu’est ce qui peut être fait pour soit les marginaliser (c'est peut-être un peu brutal !), soit au moins leur apprendre l’Histoire – l’Histoire tout court, celle de la gauche et de ses valeurs,  ainsi que la déclaration universelle des droits de l’Homme (et des femmes).

    - La parole politique est-elle contrôlée dans FI ? ou pour être plus précis, n’importe qui a-t-il le droit de dire n’importe quoi au nom de France Insoumise, sans que personne n’ait son mot à dire ? En effet, le « nous » employé par Adrien Quatennens est suffisamment ambigu pour que l’on puisse penser qu’il s’exprime au nom de FI.

    Heureusement, des militant-e-s, des député-e-s, et Jean-Luc Mélenchon lui-même, ont remis les pendules à l’heure. Merci à eux et elles, et en particulier à Clémentine Autain et aux militant-e-s d’Ensemble ! Insoumis qui ont montré savoir garder leurs valeurs.

    Il n’en reste pas moins que cette polémique en France, après la création de « Aufstehen » en Allemagne, et alors que l’extrême droite flirte avec les succès en Italie, en Hongrie, Pologne, Suède… est symptomatique du trouble dans lequel se débattent ceux et celles qui, pour beaucoup, représentent la gauche. Il faudra absolument clarifier la situation.

    Ce n’est pourtant pas bien compliqué ! Alors, même si cela a déjà été dit, rappelons encore ici quelques évidences :

    La déclaration universelle des droits de l’Homme (et des femmes) est très claire : Article 13-1 : « Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat. » Voilà qui règle une fois pour toute les problèmes de liberté de circulation et d’installation. Conséquemment, il n’y a donc pas d’immigration légale ou illégale ! Ce n’est pas un gauchiste qui le dit, c’est l’ONU, en 1948

    Les migrant-e-s et les réfugié-e-s n’ont pas choisi de traverser la mer en canot pneumatique. Pour eux et elles, c’est une question de vie ou de mort. S’ils et elles sont réduit-e-s à ces extrémités, c’est bien parce que les pays occidentaux, encore aujourd’hui, soutiennent des dictatures, pillent les ressources de l’Afrique, vendent des armes aux dictateurs, armes qu’ils font ensuite semblant de découvrir avec horreur, mais qui, entre-temps, leur ont rapporté quelques milliards « investis » dans les paradis fiscaux, au prix de massacres et de destructions de villes ou de villages.

    Et il faudrait leur dire : « on vous enlève vos ressources, on vous bombarde, on vous tue, on vous torture, mais surtout restez chez vous, on va faire en sorte que cela aille mieux ! » Car c’est bien de cela qu’il s’agit lorsqu’on entend, à droite comme à gauche, dire « la solution à l’immigration serait que ces gens-là restent chez eux, et que nous les aidions ! »

    Mais avant de les aider, peut-être pourrions-nous arrêter de les dépouiller. Sinon, nos aides consisteront à leur rendre ce que nous leur aurons volé.

    Voilà le véritable problème : Tant que le capitalisme vivra, l’émigration, et donc l’immigration, sera inévitable ! C’est une logique libérale irréfutable.

    Alors, tant que nous n’aurons pas réussi à renverser le capitalisme, il nous faudra bien ouvrir nos frontières. Ce n’est pas de l’humanisme – les mots terribles de Ruffin et de Quatennens – car cette notion d’humanisme a des relents de pitié, et la pitié, c’est le fonds de commerce des grenouilles de bénitier. Non, c’est tout simplement le devoir de l’Homme envers l’Homme. Avec un grand "H". Désolé ici pour l'écriture inclusive...

    (1) https://avenirencommun.fr/le-livret-migrations/


    « Que le ciel lui tombe sur la tête !Conseil Régional - Utilisation des aides d'Etat aux entreprises »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    jacques
    Lundi 8 Octobre 2018 à 14:15

     

    Voila  le grand sujet des élections européennes , le"problème" migratoire, 2 migrants pour 1000 européens!! Tout benef pour le FN.

    Et la FI est sommée d'y prendre part?

    Votons  contre la politique antisociale de Macron, sa feuille de route est celle de la commission européenne ultra libérale.

    Jacques

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :