• Pour qui se prend t-il ?

    On reste confondu devant tant d'aplomb et de certitude ! Le 15 septembre, après avoir visité le chantier de l'EPR de Flamanville, Hervé MORIN, président de la région, a tout de go proposé à EDF d'en construire un second, à Penly par exemple :

    " Il faut construire d’autres EPR, et je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas en Normandie. Tout est prêt, et il y a en plus un consensus politique que l’on ne trouve pas ailleurs. "

    Pour qui se prend t-il ? Ce que l'on peut dire, c'est qu'il ne manque pas d'air ! Où a t-il vu qu'il y avait un consensus politique ? Pour qu'il y en ait un, encore eut-il fallu que cela soit discuté au Conseil Régional, ce qui n'a pas été le cas. Pas encore.

    J'ose espérer que si un tel chantier devait s'ouvrir, il y aurait un débat en séance plénière. Mais lorsqu'on lit cette phrase de notre président régional, on se prend à douter : " Lorsque JE sentirai que le sujet commencera à mûrir, JE ferai connaître MA position à un Premier ministre… qui est Normand. " (trois mots mis en exergue par moi).

    Supposons même qu'il y ait discussion et vote, je doute qu'il y ait consensus. Alors restons humble, s'il vous plait, Monsieur le Président : vous aurez sans doute votre majorité de conseillers et conseillères toujours prompt(e)s à lever la main sur ordre, mais certainement pas le consensus.

    Sur le fond, et même si je ne suis pas un anti-nucléaire par principe(1), je ne vais pas répéter à nouveau ce qui a été dit maintes fois (par exemple ici, , ou encore ) sur la technologie EPR. Il s'agit d'une technologie déjà dépassée alors même qu'elle n'est pas encore en service, et très coûteuse, surtout lorsque les chantiers durent deux fois plus de temps que prévu.

    Tout l'argent englouti dans ce grand projet inutile serait bien mieux utilisé dans la recherche de solutions pour le retraitement des déchets nucléaires, de véritables solutions pour la production massive d'énergie réellement renouvelable et propre.

    Cet argent gâché serait également mieux utilisé dans des investissements qui permettraient, plutôt que de fermer la centrale thermique du Havre, de la transformer et la rendre beaucoup plus propre tout en augmentant son rendement. Voir, ou revoir, ce que j'écrivais déjà sur ce blog il y a tout juste un an, et que j'ai remis à jour ici. Les solutions existent, mais il faut se creuser un peu la tête pour les mettre en œuvre. Apparemment, ce n'est pas donné à tout le monde. Ces solutions ont un coût, bien sûr, mais il est tellement plus facile de dire "on ferme" et d'utiliser les salarié-e-s comme variable d'ajustement ! Pas sûr que cela revienne moins cher sur le long terme, mais nous savons tous que le long terme reste un concept étranger aux économies libérales.

    Pour affirmer une fois encore notre opposition aux EPR, à Flamanville, Penly, Paluel ou ailleurs, une manifestation aura lieu à Saint-Lô le Samedi 30 septembre, à partir de 14h30, à l'appel du Collectif Anti-Nucléaire Ouest

    Comme je ne voudrais pas terminer sur une note négative, je me permets de soumettre une idée qui elle, pourrait faire consensus : pourquoi ne pas implanter le prochain EPR à Epaignes (2) ? Tout est prêt. Pour le refroidissement, il suffira de détourner la Risle, qui ne passe pas si loin. Et pour apporter ma pierre à cette lumineuse idée, j'ai d'ores et déjà dessiné le nouveau logo de la ville :

    Pour qui se prend t-il ?

     Vous avouerez que par rapport à l'actuel, c'est autre chose ! beaucoup plus classe, moins vulgaire que quelques pommes, d'autant que ces dernières risqueraient de devenir fluorescentes et plus très bio :

    Pour qui se prend t-il ?

     

     

    (1) Disons qu'entendre le mot "nucléaire" ne me provoque pas d'éruption cutanée. Je fais partie de ceux et celles qui pensent qu'un jour pas si lointain, la recherche, pourvu qu'on lui donne les moyens suffisants, en chercheurs, chercheuses et matériels, pourra trouver des technologies viables permettant de réutiliser les déchets provenant de la fission nucléaire, afin d'en tirer à nouveau une énergie propre. Les réacteurs dits "de 4ème génération" sont censés permettre cela, mais il font encore débat. Et comme chat échaudé craint l'eau froide, il est vrai que beaucoup d'entre nous peuvent être suspicieux à juste titre. A quand une gouvernance de l'énergie - production et recherche - entièrement publique, contrôlée et dirigée par les salarié-e-s ?

    (2) Ville de l'Eure, fief d'Hervé MORIN, dont il fut maire de 1995 à 2016

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :