• Dans la ville d'Edouard Philippe, l'hôpital crève aussi !Serait-ce l'effet papillon ? Non sans doute pas, car le personnel de l'hôpital psychiatrique de Pierre Janet, au Havre, est depuis longtemps dans l'action pour réclamer également du personnel. La dimension n'est pas la même qu'au Rouvray : un effectif de 2000 dans celui-ci, 600 à Pierre Janet. Mais les besoins en personnel sont tout aussi criants.

    Sur le constat, voir un précédent article écrit le 30 mars 2018. Il manque 20 postes, réclamés depuis 5 ans. Depuis les choses ne se sont pas améliorées, loin s'en faut. Dans un tract d'information aux usagers, les syndicats CGT et SUD dénoncent les conditions d'hospitalisation : Certain-e-s malades sont hospitalisé-e-s dans les salles TV ou le fumoir, dans des bureaux voire des grands placards, au mieux dans des chambres à 3 ou plus, selon la surface, pourvu qu'il reste 10 centimètres entre chaque lit. Et encore, il n'y a pas de lits pour tout le monde !

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Hôpital du Rouvray : Victoire ! C'est incontestablement une grande victoire que viennent de remporter les personnels de l'Hôpital Psychiatrique du Rouvray, à Sotteville-les-Rouen.

    Ils étaient en lutte depuis deux mois et demi (22 mars très exactement). Il aura fallu 18 jours d'une grève de la faim menée par 8 salarié-e-s, l'hospitalisation en urgence de 4 d'entre eux au bout de 14 jours, et sans doute l'entrée dans la danse des cheminot-e-s et d'autres secteurs venus en soutien, pour que l'ARS daigne enfin s'asseoir à la table des négociations. Non sans avoir tergiversé jusqu'au dernier moment (voir précédent article) et demandé l'assurance que la directrice ne serait pas séquestrée ! En dernier ressort, c'est la préfète Fabienne Buccio qui a intimé à Christine Gardel l'ordre d'ouvrir les négociations, sans plus de délais.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Grève de la faim au Rouvray : une petite avancée ??Ce matin, cheminots et hospitaliers, ainsi que leurs soutiens, ont  bloqué le pont Mathilde et les quais rive gauche devant la Carsat, à Rouen, avant d'aller faire le siège de l'agence de l'ARS, où ils-elles ont été reçu-e-s.

    Rien n'est simple : la veille, la réunion entre l'ARS et les grévistes qui se tient à l'heure où j'écris, avait été déclarée annulée. Il faut dire que la directrice de l'ARS a eu le don de mettre de l'huile sur le feu en déclarant que les 52 postes réclamés correspondaient à l'absentéisme du personnel  du Rouvray. Tout le monde a entendu, tant elle le pensait fort, que si le personnel était moins "fainéant", il n'y aurait pas besoin de ces postes !

    Faut-il rappeler que cette revendication de 52 postes ne sort pas d'un quelconque chapeau : un précédent audit de l'ARS elle-même avait chiffré le déficit en postes à 56. Suite à cet audit, 4 postes (!) avaient été accordés. Et donc, dans un souci d'apaisement qui les honorent, les grévistes du centre hospitalier ont décidé de ramener leurs exigences à ces 52 postes, alors qu'ils/elles avaient initialement chiffré le déficit à 197 postes !

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Hôpital du Rouvray : les grévistes en danger !Aujourd'hui, 4 juin, deux des grévistes de la faim, Jean-Yves et Marc-Aurélien, en état d'épuisement physique et moral ont été emmenés au CHU de Rouen par le Samu. Ils avaient tous deux perdu 14% de leur masse corporelle, alors que le seuil de danger est de 10%. Anne, la seule femme parmi les grévistes de la faim et qui faisait également partie des quatre premier-e-s à s'être engagé-e-s dans cette lutte, a dû arrêter à cause d'un drame familial.

    La direction, l'ARS et Madame la Ministre auraient pu commencer à se réjouir, mais René, infirmier au Rouvray depuis 37 ans, vient de rejoindre ses quatre camarades restants, et entame lui-aussi une grève de la faim. "Ami, si tu tombes, un ami sort de l'ombre à ta place".

    Madame la Ministre, qu'attendez-vous pour débloquer les 52 postes réclamés. 52 postes, ce sont 2,5 millions d'euros sur un budget total de 102 millions. Il serait dommage que pour si peu, votre nom rejoigne celui de Margaret Thatcher au panthéon des bourreaux(1).

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Hôpital du Rouvray : une nouvelle dimension dans la lutteRappel : Le personnel de l'hôpital psychiatrique du Rouvray, à Sotteville-les-Rouen, est en grève depuis le 22 mars. Et 7 membres du personnel sont en grève de la faim, les premiers depuis le 22 mai. C'est à dire qu'ils et elle en sont au 11ème jour. Un cap très difficile, et dangereux pour leur santé.

    Hier, l'ARS a "commis" une ânerie aussi grosse qu'elle, qui a mis le feu aux poudres. La lutte a donc pris un tournant avec l'occupation de l'administration par le personnel.

    Il faut dire qu'en terme de provocation, l'ARS ne fait pas dans la dentelle. Qu'on en juge :

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique