• Violences policières ?

    L'affiche du syndicat CGT Info'Com, ci-contre, enflamme la classe politique ainsi que les réseaux sociaux depuis quelques jours. Les superlatifs ne manquent pas pour la qualifier : "appel abject à la haine" (Syndicat Synergie), "affiche de la honte", "immonde" d'après Florian Philippot, "scandaleuse, indigne, honteuse" d'après Eric Ciotti.

    Il est vrai que le syndicat CGT en question fait passablement preuve de mauvais esprit. En effet, il est bien connu que les CRS, puisque c'est bien d'eux qu'il s'agit ( et non de toute la police comme voudraient le croire les détracteurs de l'affiche ) sont le plus souvent les bons Saint-Bernard des brebis égarées ou en danger. Quelques exemples au hasard :

    Ici par exemple, cette jeune fille (selon toute vraisemblance d'ailleurs, une "casseuse") allait tomber à la renverse. Le jeune homme à l'arrière plan s'est précipité pour empêcher sa chute :

    violences policières

    Là, c'est une dangereuse anarchiste de 72 ans, qui a bousculé une barrière métallique à Poitiers lors d'une manifestation contre l'abattage d'arbres. La barrière métallique, choquée, a dû bénéficier d'un arrêt de travail et d'une incapacité à 25%. Ce sont nos impôts qui financent l'Assurance Maladie ! Cette anarchiste devait bien être gentiment admonestée et rappelée à l'ordre, c'est la moindre des choses :

    violences policières

    Lorsque l'on n'est pas très réveillé, il peut arriver que l'on se coupe en se rasant le matin. C'est ce qui est arrivé à ce pauvre Rennais, victime de mauvaise lames. Les CRS à gauche se précipitent pour étancher l'hémorragie et l'encourager à changer pour un rasoir électrique :

    violences policières

    Encore un exemple : ci-dessous, cette jeune fille, victime de la canicule, commençait à se sentir mal. Un CRS s'empresse de la sauver en l'arrosant d'un jet d'eau minérale hydratant et bienfaisant :

    violences policières

    Ici, une jeune femme se fait sauvagement agresser par un casseur. Ce casseur-manifestant s'est d'ailleurs honteusement déguisé en "policier en civil" pour accomplir son forfait. Faux-cul ! . Le CRS, tel un preu chevalier, accourt pour la protéger :

    violences policières

    Enfin un dernier exemple qui montre jusqu'où peut mener l'abnégation. L'homme ci-dessous s'est auto-frappé la tête en pleine rue à l'aide d'un tube métallique contondant. Heureusement, des CRS étaient là qui lui prodiguent les premiers soins. D'autres protègent l'intervention des secouristes, à moins que la vue du sang du malheureux désespéré ne les indisposent car souvent, sous la tenue seyante battent des cœurs sensibles. 

    violences policières

    On pourrait multiplier les exemples à l'infini. Pourquoi, dès lors, stigmatiser ainsi une profession ? Non décidément, ce syndicat dépasse les bornes ! On me rétorquera que, comme dans toutes les professions, il y a des brebis galeuses, et ce serait par trop partial de n'en pas parler.

    L'image ci-dessous1 est effectivement une honte pour la profession, mais il fallait avoir un objectif bien affuté pour saisir l'action sur le vif, et surtout être là au bon moment car ces exactions sont rarissimes. Peut-être d'ailleurs s'agit-il tout bêtement d'une dispute conjugale, allez savoir ! Il est d'ailleurs difficile de trouver d'autres cas, hormis peut-être celui du malheureux CRS dont le poing est malencontreusement parti tout seul devant le lycée Bergson lors d'une manifestation de lycéens. (On peut se demander aussi pourquoi les lycéens manifestent au lieu d'aller en cours ! C'est vrai ça ! Ils ne pensent pas à leur avenir !)

    violences policièresPlus sérieusement, les détracteurs de l'affiche du syndicat CGT Info'Com lui reproche de stigmatiser toute une profession. Certes, tous les policiers ne sont pas des CRS, et même parmi ceux-ci, tous ne sont sans doute pas des bêtes sans âme. Après tout, il n'y a "que" 51,5% des policiers qui votent Front National. Il en reste donc 48,5% qui ont un cerveau et qui savent sans doute s'en servir. Certaines missions sont utiles : sécurité des routes et des plages, des biens et des personnes, lutte contre le terrorisme. Il est indéniable également que certains policiers, dans l'exercice des ces missions, risquent leur vie ou peuvent être blessés.  Mais, outre le fait qu'il en est de même dans d'autres professions (en 2014, en France, plus de 620000 accidents du travail, dont 530 décès-hors suite de maladies professionnelles), force est de constater que nous aimons moins la police lorsqu'ils contrôlent au faciès, tabassent les jeunes, les ouvriers, les infirmières, les profs, les migrants. Soit la police assume pleinement cette face obscure de sa mission, et dans ce cas, elle ne peut pas s'outrer de cette affiche, soit il reste la solution que certains policiers anti-émeutes ont adoptée en Italie en décembre 20132 : enlever le casque, poser le bouclier, et se joindre aux manifestants :

    violences policières

    violences policières

     

    1 - photographie Jan Schmidt-Whitley CIRIC.

    2 - certes il s'agissait d'un mouvement d'une autre nature : le mouvement dit "des forconi", protestant contre les hausses de taxes et d'impôts. Ce mouvement était plutôt classé comme d'origine populiste, voire d'extrême droite. Il n'en reste pas moins qu'il était l'expression d'un ras le bol populaire touchant toutes les couches sociales, et les manifestation massives de l'époque furent le révélateur de l'exaspération d'une majorité de la population contre les politiques néo-libérales, population confrontée également à l'inaction des forces syndicales et politiques de gauche traditionnelles.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :