• Contournement Est de Rouen : nous sommes toujours opposés !

    Contournement Est de Rouen : nous sommes toujours opposés !Depuis le 12 mai, et jusqu'au 11 juillet, nous sommes dans la période de l'enquête publique sur l'utilité du contournement Est de Rouen, cet espèce de monstre du Loch Ness que l'on a aperçu pour la première fois il y a presque quatre décennies, et qui refait surface périodiquement.

    Après un premier tracé retoqué pour cause de protection de la "Violette de Rouen", espèce endémique qui ne pousse que dans quelques endroits particuliers du monde, en particulier en terrain calcaire, c'est un second tracé, datant d'octobre 2012,  qui est soumis à l'enquête publique.

    C'est un projet qui ne remplira sans doute pas les objectifs pour lesquels il est prévu, c'est à dire être en capacité de détourner le flux de camions en transit dans Rouen :

    L'Agence Environnementale, qui n'est pourtant pas une officine anarcho-gauchiste, affirme que les gains en termes de reports de trafics routiers  dépendront en premier lieu, du niveau des péages exigés des usagers du fait  du choix de la concession autoroutière.

    De plus, l’absence de précision sur le montant des péages, ainsi que sur le montant de la subvention d’équilibre versée au concessionnaire ne permet en l’état, aucune évaluation solide du coût total du projet qui sera financé pour partie sur des fonds publics, notamment des collectivités locales.

    Elle pose également la question de la crédibilité du report du plus important flux de poids lourds empruntant la liaison entre l’A28 et le rond point des vaches à Saint Etienne du Rouvray,  au regard du gain de temps non significatif et du montant des péages.

    Ceci avait déjà été développé lors de la séance plénière du Conseil Régional de Mars 2016, par Joachim Moyse, membre de notre groupe des "Elus communistes et du Front de Gauche".

    Les élu(e)s Ensemble ! de Saint-Etienne du Rouvray* remettent le couvert dans leur tribune municipale :

    "  Non au contournement Est ! L’Etat veut encore une fois nous l’imposer d’en haut.  Aux habitants, aux citoyens, aux élus de décider démocratiquement ! Un contournement est nécessaire mais l’endroit où il est prévu, pose de très gros problèmes : très fortes pollutions de l’air, de bruits, coupure entre  St Etienne et Oissel. Pas question de supporter des nuisances supplémentaires quand existent déjà pauvreté, précarité, manque d’accès aux soins. Rouen, les plateaux Nord, les zones naturelles ont été épargnés, alors notre territoire, notre population doivent l’être aussi !

    Prenons le mal à la racine. Tout est fait pour privilégier le tout camion, la voiture. Exigeons la relance à grande échelle du fret SNCF de Sotteville, abandonné par les gouvernements successifs. Osons le transport fluvial. Développons les transports publics irriguant toute l’agglo, incluant le train, le métro, les bus. Allons vers la gratuité des transports. Cela désengorgerait nos routes, nos villes, limiterait  la pollution et créerait des emplois. C’est urgent, humain et écologique !

    On n’est pas des vaches à traire ! On ne se fera pas rouler dessus ! Nous sommes tous des violettes !"

     

    Ce projet est un non-sens, tant en termes de bilan économique et humain qu'en termes de développement durable :

    • C'est accorder la priorité au tout camions/automobiles au détriment du fret ferroviaire et fluvial et du développement des transports en commun.
    • Il engendrera une source d’importantes nuisances pour les populations, notamment à hauteur du rond-point des Vaches : pollution de l’air, bruit…
    • C'est une aberration économique que les citoyens paieront au moins trois fois : via leurs impôts lors de la réalisation du projet, lorsque les collectivités locales devront verser une subvention d’équilibre au concessionnaire puis au péage lors de chaque passage.
    • Il est prévu de construire un viaduc de 14 m de haut et 530 m de long qui débouchera au rondpoint des Vaches et qui constituera une "barrière" dans le paysage alors que l’État a toujours refusé d’envisager un passage en souterrain.
    • Ce sera un frein au développement industriel sur Seine sud et, au contraire, une invitation à accueillir des activités liées à la logistique, peu créatrices d’emplois.
    • Enfin, il s'agit d'une décision dont la légitimité démocratique peut être mise en cause : le tracé actuel – retenu par l’État –n’a jamais été discuté avec les populations lors du débat public mené en 2005.

    Télécharger l'argumentaire complet des opposants au projet de Saint-Etienne du Rouvray et de Oissel.

    * pour les contacter : elus.droitsdecite.ensemble.ser@gmail.com 


      

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :