• Ces derniers jours, des propos ou des tweets de dirigeants de la France Insoumise sur l’immigration, suite à l’annonce de la création en Allemagne du mouvement « Aufstehen », de Sarah Wagenknecht, ont ouvert une polémique dans les rangs de la gauche.

    Ce fut d’L'immigration est-elle soluble dans l'humanisme ?abord Djordje Kusmanovic, l’un des porte-parole de France Insoumise, qui mit les pieds dans le plat en déclarant : « Le discours que tient Sarah Wagenknecht sur la question migratoire me semble donc être de salubrité publique » 

    Et en explicitant ensuite sa pensée : « Sur la question migratoire, en particulier, la bonne conscience de gauche empêche de réfléchir concrètement à la façon de ralentir, voire d’assécher les flux migratoires, qui risquent de s’accentuer encore du fait des catastrophes climatiques. Plutôt que de répéter, naïvement, qu’il faut accueillir tout le monde, il s’agit d’aller à l’encontre des politiques ultralibérales, ce que la social-démocratie a renoncé à faire. »

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Que le ciel lui tombe sur la tête !Rions un peu. Notre ami Emmanuel Macron ne manque pas une occasion d'étaler son absence sidérale de culture générale. Un digne émule de Sarkosy dans ce domaine. Et lorsqu'on sait que Macron a donné un cours de culture générale à Sciences Po, la réaction est au choix : soit ça fait peur, soit on comprend mieux pourquoi nous en sommes arrivés là avec nos dirigeants actuels !

    De quoi s'agit-il ? Évidemment, de ce dont tout le monde parle aujourd'hui : du fait que nous serions des Gaulois réfractaires au progrès et aux réformes. Ce qui veut dire, dans le langage macronien : des espèces d'hommes des cavernes barbus et chevelus (je ne dois pas être très gaulois alors) courant les forêts à la recherche de sangliers, ne pensant qu'à faire des banquets arrosés de cervoise.

    Sans doute, en nous qualifiant de "gaulois", pense t-il être lui-même un César qui va nous foutre la pâtée et nous faire mordre la poussière. Il en rêve.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Je sais qu'en vieillissant, on perd des neurones mais quand même ! Depuis une quinzaine de jours, on entend et on lit, dans tous les média aux ordres, que la grève à la SNCF coûterait 20 millions d'euros par jour, celle d'Air France 25 millions et qu'avec tout ça, le pays, qui avait déjà du mal à se redresser, est en péril. Si on le dit à la télé, c'est que ça doit être vrai ? Enfin, moi, c'est ce que j'ai toujours cru : quand c'est marqué "vu à la télé", c'est que c'est pas des carabistouilles.

    Et c'est là que je ne comprends plus parce que depuis longtemps (mais ça c'était avant), on nous disait sur tous les tons que "le travail coûte (trop) cher", "le coût du travail est exorbitant", etc...

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Bravo au CRIF !Oui, bravo au CRIF (Conseil "Représentatif" des Institutions Juives de France), qui, par sa politique de gribouille, son amalgame honteux entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, a permis que la marche blanche en hommage à Mireille Knoll et contre l'antisémitisme soit manipulée de fait par l'extrême-droite. Belle réussite en vérité !

    En fait, le CRIF n'est pas représentatif des juifs de France, mais c'est la courroie de transmission de la politique de l'état d'Israël. Il reproche à l'extrême-gauche, aux Insoumi-se-s, à Ensemble !, de soutenir le mouvement international "Boycott Désinvestissement Sanctions" (BDS), qui vise à sanctionner réellement Israël pour sa politique de colonisation et d'apartheid, en boycottant les produits israéliens et en organisant également un boycott universitaire, sportif, culturel.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Les chiens sont lâchés !Hier soir, Gérard Filoche a été exclu du Parti Socialiste. Ce parti aurait eu des dizaines de raisons d'exclure Filoche depuis très longtemps. Car ce dernier n' a jamais manqué une occasion de pointer les faiblesses, les dérives, les trahisons du parti. Seulement voilà : exclure Gérard Filoche pour désaccords politiques, c'était s'exposer à des répliques, c'était s'exposer à devoir débattre sur le fond, sur le programme. Sans doute que Filoche en serait sorti vainqueur.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique