• Covid-19 : non à la mise en danger des travailleurs, enseignants, enfants au nom du profit !Alors qu'un grand nombre de salariés a repris le chemin du travail, j'ai signé, avec entre autres Jean-Paul Lecoq, Alban Bruneau, et un large collectif de personnalités syndicales, politiques et intellectuelles cet appel « à la mobilisation citoyenne, syndicale, associative, politique », pour le droit des salariés au dépistage et le rétablissement complet de la responsabilité pénale des employeurs. « La vie, la santé, la dignité ne se négocient pas! »

    Voici le texte de cet appel, que vous pouvez signer vous aussi en suivant ce lien, Ce texte était nécessaire, eu égard aux violentes attaques du secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, et celles du ministre de l'économie et des finances, Bruno Le Maire, tant contre la CGT, à l'initiative de la décision de justice, que contre le juge lui-même. Notre ministre étant de plus pris en flagrant délit de déclarations contradictoires :

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le Medef veut la guerre socialeOn entend de plus en plus le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, avancer ses propositions pour "sauver l'économie". Cela tient en quelques mots en conclusion d'une interview au Figaro : "L'urgence, c'est de revenir à une activité normale". Et de décliner ses propositions révolutionnaires pour y arriver : travailler plus, réduire les congés et les jours fériés.

    Bien entendu, certains membres du gouvernement, payés pour ça, reprennent à leur compte cette antienne. N'oublions pas que ce n'est pas le gouvernement qui dirige : il n'est que le pantin du grand patronat qui tire les ficelles. Certains pensent que demander la démission de Macron et du gouvernement suffirait à changer la donne. Foutaises ! Qu'il s'agisse de Chirac, Sarkosy, Hollande ou Macron, en passant par Delors, Valls et consorts, le patronat a toujours disposé de ses troupes fidèles (qui y trouvent leur compte, n'en doutez-pas) qui lui permettent, tel Picsou, de se baigner tranquillement dans ses coffres d'or. Et c'est bien entendu la même chose au niveau européen, avec cette fameuse "commission européenne" qui serait source de tous les maux pour les euro-sceptiques, brexiteurs, frexiteurs et autres, mais qui n'est que le punching-ball mis à disposition des peuples comme exutoire à leur colère : pendant qu'on vilipende la commission européenne, le patronat rigole et travaille inlassablement à casser les conquis sociaux.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Après l'incendie de Lubrizol..Je ne reviendrai pas sur les circonstances de l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen. Tant que Jacques Chirac n'était pas encore mort, chacun et chacune d'entre vous a pu suivre les péripéties dans les média. Après, le scoop a rejeté la vie quotidienne des Rouennais, leurs questions et leurs peurs légitimes, à l'arrière-plan. Loin de moi également l'idée que le risque zéro puisse exister : c'est impossible. Néanmoins, il y a quand même quelques questions à se poser quant à la gestion de cette catastrophe, ainsi que sur certaines pratiques de la préfecture et des industriels, pratiques peut-être tout à fait légales dans la législation actuelle, mais qui demanderaient sans doute à être revues.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    13 commentaires
  • Non à la 5G !On parle beaucoup de 5G en ce moment, notamment à cause des batailles entre Trump et Huawei, entre les Etats-Unis et la Chine donc, pour des histoires d'espionnage potentiel. Au même moment, les opérateurs internationaux, dont Huawei, qui se pourlèchent déjà les babines en pensant au fric qu'ils pourront se faire s'ils obtiennent les marchés, sont invités par Macron.

    Ce n'est pas du tout ce qui m'intéresse ici. Mon propos est le suivant : la 5G, comme d'ailleurs tout ce qui fonctionne avec des ondes du même type, c'est dangereux, pas seulement pour les données, mais surtout pour la santé.

    Explications :

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La poudrière d'OrientC'était un ouvrage en 4 tomes du regretté Pierre Miquel. Ce roman racontait la campagne d'Orient de la première guerre mondiale, des Dardanelles à Salonique, les combats dans les montagnes grecques et bulgares.

    Aujourd'hui, on pourrait réutiliser le même titre pour écrire une toute autre histoire, mais tout aussi dramatique, et tout aussi explosive et porteuse de guerre, non seulement au Moyen-Orient (ce qui, même si ça se passe "loin", doit de toute manière nous interpeller) mais dans le monde entier, car, comme au bon vieux temps de la guerre froide, les États-Unis et la Russie se livrent là une guerre chaude, sans même se cacher.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique