• Les concerts, c’est la santé ?

    Les concerts, c’est la santé ?

    Déshabiller Pierre pour habiller Paul. Tout le monde connait le proverbe. Ce n’est qu’un proverbe, mais comme dans toutes les formules forgées par la sagesse populaire, il y a toujours un fond de vérité !

    Deux exemples dans l’actualité récente :

    Les concerts, c’est la santé ?L’Agence Régionale de Santé (ARS) de Normandie a fait part récemment (fin mars) de son intention de réexaminer l’attribution des crédits du Fonds d’Intervention Régional. Motif ? s’apercevant que les politiques d’aide à la contractualisation dont bénéficient les établissements dans le cadre d’aides à l’investissement étaient différentes en ex-Haute et ex-Basse Normandie, elle a prévenu les établissements hospitaliers publics de l’Eure et de la Seine-Maritime qu’une « harmonisation » allait être mise en œuvre, en déshabillant l’ex-haute, pour rhabiller l’ex-basse.

    Lorsqu’on entend le mot « harmonisation » dans le cadre d’une société libérale, on peut s’inquiéter à juste titre. Bien entendu, il n’est pas question pour nous de jouer la Haute contre la Basse, et d’empêcher la Basse-Normandie d’accéder à une qualité de soins identique. Il faut effectivement « harmoniser ». Mais pour nous, cela veut dire « débloquer des fonds supplémentaires, privilégier l’accès à des soins de qualité pour tous et toutes », ce qui n’est pas dans l’ADN de l’ARS : il serait en effet question de retirer 25 millions d’euros d’aides à la Haute-Normandie !

    De nombreux établissements pourraient être touchés : Rouen (6 M€), Evreux (6 M€), Dieppe (3 M€), Fécamp (3,2 M€ annuels, liés à la construction de l’hôpital en 2006), Pont-Audemer, Lillebonne…

    Au Havre, l’ARS s’était engagée pour 5,2 M€ par an, jusqu’en 2037, pour le financement du Pôle Femme, Mère, Enfant (PFME) qui a coûté 90 M€. Le GHH (Groupe Hospitalier du Havre) est aujourd’hui sur la voie d’un difficile retour à l’équilibre, après avoir connu 11 M€ de déficit. Un retrait du financement de l’ARS serait donc catastrophique : d’après les syndicats, 5 M€ en moins, ce sont 150 emplois menacés !

    Pas question de faire des économies sur la santé, alors que les personnels sont déjà saturés et en nombre insuffisant. Personne à l’hôpital Jacques Monod du Havre n’a oublié le suicide en juin 2016 d’une infirmière, victime d’un « burn-out » dû aux dégradations des conditions de travail.

    Les personnels des hôpitaux nous trouveront toujours à leurs côtés pour défendre l’emploi, les salaires et les conditions de travail.

    Les concerts, c’est la santé ?Les concerts de la région. C’était dans les tuyaux depuis l’an passé, lorsque l’actuelle majorité régionale avait parlé de « réorienter et repenser les concerts ». En fait de réorientation, ils sont purement et simplement supprimés.

    Certes, il fallait repenser ces concerts : il n’aurait pas été normal par exemple qu’ils continuent à n’avoir lieu qu’à Rouen. Pour des raisons financières, il n’aurait pas été possible de les décentraliser complètement au cours d’une même année, mais ils auraient pu « tourner » dans toutes les grandes villes de Normandie au fil des ans.

    Au lieu de cela, il est prévu d’augmenter le budget des terrasses du jeudi, qui n’est qu’un événement purement rouennais, étalé dans le temps donc peu accessible aux « extérieurs ». Certains festivals (comme Rush à Rouen, ou Rock in Evreux) seront plus aidés. Cela, on ne peut pas le critiquer. Le maire d’Hérouville-Saint-Clair, Rodolphe Thomas, se plaignait très récemment que le festival Beauregard n’était pas assez aidé par la région. Nul ne doute qu’il recevra bientôt une aide plus substantielle car il est également 4ème vice-président de la région !

    Les arbitrages en matière de culture ne sont jamais faciles. Il n’en reste pas moins que l’un des arguments d’Hervé Morin pour justifier l’annulation des concerts de la région est inacceptable : il considère qu’il est anormal de payer un-e artiste pour venir faire des concerts gratuits lorsque celui-ci ou celle-là a les moyens de louer un Zénith !! Peut-être. Mais tout le monde a t’il les moyens de se payer une place de Zénith à 50 euros ?? Plus qu’à l’artiste, les concerts gratuits profitaient surtout aux jeunes et moins jeunes qui pouvaient voir des artistes réputé-e-s gratuitement. CQFD.

    Au bout du compte, lorsque l’on met en perspective les économies réalisées avec l’annulation des concerts gratuits, et le saupoudrage qui sera fait sur des événements de moindre envergure, l’économie pour la région est substantielle. Gageons qu’elle ne profitera pas au budget culturel.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :