• Rions un peu : des primaires de droite un peu spéciales

    Rions un peu : des primaires de droite un peu spécialesLorsque je dis "rions un peu" c'est une façon de parler car l'histoire qui suit, même si elle est peu de choses par rapport à ce que peuvent vivre nos concitoyens et concitoyennes au quotidien, est quand même révélatrice de la bêtise de nos élus "LR", et elle ne m'a pas fait rire plus que ça.

    Position du problème : pour des raisons professionnelles qu'il serait trop long d'expliquer (et sans intérêt !), de nombreux lundi et mardi de l'année sont réservés à mes activités d'enseignant. Disons pour faire court que nous disposons de 12 semaines par semestre pour dispenser des cours obligatoirement répartis sur 12 semaines. Ce qui laisse peu de marge. Sachant que j'ai 10 heures de cours le lundi et 8 voire 10 également le mardi, devoir reporter ces cours un autre jour est impossible, sauf à les annuler et à ce titre pénaliser les étudiant-e-s, ce que je me refuse à faire. Car il se trouve que les enseignants ont encore une conscience professionnelle, contrairement à ce que l'on entend trop souvent.

    Or il se trouve qu'après avoir été déjà obligé de rater deux séances plénières du Conseil Régional, ainsi que deux commissions, toutes fixées un lundi, je reçois avant-hier le planning ci-joint des séances plénières.

    Cette fois, la moutarde me monte au nez, et j'envoie le courriel suivant à tous et toutes les élu-e-s, toutes tendances confondues, ainsi qu'à toute l'équipe du "service des assemblées":

    "  Bonjour,

     Ce calendrier est-il une blague ?
    Depuis le début de l'année scolaire, toutes les réunions ont été fixées le lundi, ce qui fait que lorsqu'on travaille ce jour-là (ce qui est mon cas, sans pouvoir reporter mes heures de cours un autre jour car l'emploi du temps universitaire est très contraint), on ne peut assister à aucune !
    Au vu du nombre de professionnel-le-s de la politique qui siège au Conseil régional, il ne devrait pourtant pas être très difficile de répartir les réunions sur d'autres jours de la semaine afin que les rares personnes qui ont encore un métier à côté ne soient pas trop pénalisées.
    Sinon, autant interdire à des salariés de se présenter à des élections, ce sera plus clair.
     
    En ce qui me concerne, il y a dans l'année 26 semaines pendant lesquelles il m'est impossible de libérer le lundi et le mardi. Ce qui fait que je ne pourrai assister qu'à la réunion plénière de décembre (si elle est toujours fixée le 15) et celle de juin. C'est peu !
     
    Je vous prie de m'excuser de ne pas employer les formules policées en vigueur dans ce genre de courriel entre collègues élu-e-s, mais je suis en colère.
     
    bien cordialement, "
     
    Et voilà que je reçois la réponse suivante, émanant d'un conseiller LR, que nous appellerons TD, afin de ne pas trop le stigmatiser :
     
    " Cher Monsieur,En effet que ces choses sont dites sans détours ! Ceci étant, ayant conservé comme vous un exercice professionnel (certes libéral), je propose que les réunions de l'assemblée plénière soient fixées les samedi ou dimanche pour nous permettre à tous d'y assister  ! Bien cordialement."
     
    Amusant, n'est-ce-pas ? Cet humour débridé (derrière les mots, on entend le gloussement fat de celui qui se croit intelligent d'avoir fait un bon mot), cet humour débridé, disais-je, fleure surtout bon le mépris des électeurs, car l'individu considère sans aucun doute possible que ne pas pouvoir assister à une réunion d'un organe républicain auquel on a été élu est un non-événement.
     
    Sur ce, j'attends une réponse de nos dirigeants, m'assurant avoir bien compris le sens de ma démarche, et que le planning allait être revu en conséquence. Cette réponse ne vient pas. Non seulement elle ne vient pas mais en plus,  je reçois une autre convocation, pour la commission économique cette-fois :
     

    "Mesdames, Messieurs, la prochaine réunion de la Commission n° 3  « Développement économique, enseignement supérieur et numérique » pour préparer l’Assemblée Plénière du 15 décembre, aura lieu le :

     Lundi 5 décembre 2016, à 14 H 45, à Caen – Salle 251 (2ème étage)

     Un ordre du jour et une convocation vous seront adressés ultérieurement."

    Las, je reprends donc la souris et le clavier le lendemain, tant pour réitérer ma demande que pour répondre à l'individu TD sus cité. J'envoie le courriel ci-dessous :
     
    " Re bonjour à tous et toutes,
     
    Je ne comptais pas réintervenir à ce sujet, ni "arroser" une fois de plus tout le monde, mais je ne peux pas laisser ainsi caricaturer mon propos. En poussant un peu plus le lieu commun, on aurait pu dire aussi "le dimanche après la messe", ce qui, pour moi qui suis aussi athée qu'une tasse, ne m'aurait fait ni chaud ni froid. D'autre part, si l'on prend la remarque au pied de la lettre, fixer toutes les réunions le samedi ou le dimanche pourrait également empêcher des travailleurs en 3x8 ou des infirmières d'être élu-e-s...
    Passons.
    Il n'y a pas de jour idéal. Mon propos n'était que de dire la chose suivante, que je répète, et sur laquelle j'aimerais avoir une réponse des instances concernées : si sur 5 réunions, on en planifiait une le lundi, le mardi, le mercredi, etc... (samedi et dimanche non inclus donc), cela permettrait au moins à ceux et celles qui ne sont pas disponibles tous les jours de ne pas rater TOUTES les réunions.
    Car il se trouve qu'étant respectueux des électeurs et électrices qui ont voté pour moi, Je considère comme un devoir d'y assister, afin de pouvoir leur rendre des comptes,  et donc je ne prends pas cette affaire à la rigolade. 
    Je viens de recevoir par ailleurs la convocation pour la commission 3 préparatoire à la réunion plénière de décembre, et cette commission est fixée un.... lundi. Ben voyons. Continuons donc comme ça....
     
    Comme cela fait quand même au moins 4 fois (hormis mon coup de sang d'hier) que je préviens que je ne suis quasiment jamais disponible le lundi, devrais-je en déduire qu'il y a une obstruction volontaire à mon mandat d'élu ?
     
    Et bien entendu, je profite de ce dernier courriel (promis) pour prévenir que je ne serai pas présent à la plénière de lundi. Inutile de répéter pourquoi je suppose.
     
    Bonne fin de semaine à tous et toutes,
    cordialement, "
     
    Et, qui l'eut crû, je reçois encore une réponse d'un autre conseiller LR, également maire d'une commune de Seine-Maritime, que nous appellerons XL, afin là encore de ne pas trop froisser sa susceptibilité si jamais il me lit (mais ça ne doit pas être le genre) :
     
    "Bonjour
    Désolé mais le samedi, j'ai mon marché et le dimanche, je vais à la messe...
    Bien à vous"
     
    A cet instant précis se pose une grave question existentielle : est-ce de l'humour - le comique de répétition cher à Molière -  ou de la bêtise ?
     
    Je vous laisse juge ! C'est pourquoi je vous propose de départager ces deux candidats à la "Primaire de la bêtise de Droite". Votez, faites voter, c'est gratuit et il n'y a pas d'engagement a signer en faveur des "valeurs" de la droite !
     
    Inutile de dire, pour terminer, que je n'ai toujours pas de réponse des instances décisionnelles. Qu'un élu ne puisse pas remplir correctement son mandat n'a pas l'air de les affecter plus que ça. N'est-ce pas ce genre de comportement, cet espèce de "doigt d'honneur" à la démocratie - comme celui que semble faire le sinistre sire que j'ai mis en photo de cet article -  qui fait le jeu de Le Pen ?

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :